Explorer sa part d’ombre

03/10/2018

 

«Il n’y a pas de lumière sans ombre » disait Aragon. Nous sommes naturellement invitées à développer notre lumière intérieure... Mais que faire de notre part d’ombre, cette partie que nous portons toutes en nous et qui se nourrit directement de nos peurs. Vestige de notre cerveau reptilien, la peur nous accompagne depuis la nuit des temps.

 

Est-elle une amie précieuse ou au contraire une ennemie redoutable ?

 

Nous allons voir que la réponse se trouve entre les deux.

 

Résistance et freins


Lorsqu’on a un projet important dans notre vie, des rêves que l’on aimerait réaliser, arrive forcément le moment où la peur nous saisit, nous fait douter et parfois même nous freine totalement.

 

Quand les résistances se manifestent, c’est parce qu’il est plus facile de rester dans sa « zone de confort », même si celle-ci est inconfortable, que de la quitter au profit d’un mieux-être, situé dans une zone « inconnue ».

 

A ce moment-là, il est essentiel de ne pas laisser nos peurs nous parasiter et nous paralyser. Si un projet vous tient à cœur, si c’est au fond de vous qu’une voix vibre, autorisez-vous à le laisser exister.

 

Pour cela, commencez par regarder vos peurs en face. Que veulent-elles vous dire ? Les entendre, les accueillir et les accepter, pour trouver ensuite la force de les surmonter. Avant tout, il s’agit de les comprendre.

 

Qu’est-ce que la peur ?

 

La peur, c’est votre alarme intérieure. Elle vous protège de tous les dangers. Elle existe pour que nous ne mettions pas notre vie en péril et que nous nous méfiions des potentiels agresseurs extérieurs. Elle est un peu à l’image de votre alarme de maison, elle peut sonner au moindre mouvement. Elle est là pour vous avertir, vous mettre sur le qui-vive, vous permettre d’agir, en cas de problème. Il est important alors de bien la régler, afin qu’elle ne se mette pas à hurler en pleine nuit pour une simple mouche inoffensive qui passe dans votre salon !

 

La peur est protectrice, elle est nécessaire à la survie de l’espèce. Il n’est donc pas question de l’ignorer, ni de tenter de la refréner, mais plutôt de la dompter.

 

C’est votre loup sauvage, il faut le comprendre, et l’apprivoiser pour qu’il vous serve à vous défendre et ne se retourne pas contre vous!

 

Si vous ne le faites pas, la peur vous dominera, vous contraindra et vous limitera dans vos actions. Mal contrôlée, la peur est une boussole déréglée qui vous empêchera de suivre la bonne voie, le chemin vers ce que vous souhaitez profondément. En revanche, bien utilisée, elle fera ressortir le meilleur de vous en aiguisant vos sens et votre capacité à anticiper.

 

Comme une flamme est mise en valeur par l’obscurité, explorez vos zones d’ombre : vous en sortirez plus lumineuse.

 

 

Derrière la peur : la libération

 

Un adage dit « tout ce que tu as toujours voulu se trouve de l’autre côté de la peur ».

 

Entendons-nous bien, nous parlons de peurs « surmontables » et ne mettant pas vos jours en danger. Il ne s’agit pas de vous jeter d’un pont en espérant voler, sans peur de tomber ! Dans ce cas, elle est positive, écoutez-là, elle vous rappelle la loi de la gravité !

 

Nous parlons bien sûr là, vous l’avez compris, de la peur qui vous empêche d’avancer. La peur de se lancer dans un nouveau projet professionnel, la peur de changer une situation qui ne vous convient plus, la peur de faire le 1er pas d’une aventure qui vous épanouira. Celle-ci doit être remise à sa place d’alarme. Vous l’entendez, vous la comprenez, mais il n’y a pas de raison objective à ce qu’elle se mette à sonner, donc prenez la décision de l’éteindre. Il s’agit de faire le choix conscient de dépasser ce type de peur pour vous permettre d’atteindre vos objectifs. Un exemple tout simple : la peur de l’échec. Ne pas la laisser prendre le contrôle, c’est s’offrir de multiples possibles. Parmi eux, l’échec, qui est une formidable occasion d’apprendre. Pour arriver à l’excellence, acceptez les étapes qui vous font grandir et ne les considérez pas comme une raison d’arrêter ce que vous avez entrepris.

 

Célébrer notre part d’ombre avec la fête du Samhain :

 

Le 31 octobre aura lieu la fête du Samhain. C’est une fête de transition où l’on célèbre ce qui n’est plus et l’on s’ouvre au renouveau. Il s’agit d’un moment suspendu hors du temps, entre deux périodes. La fin d’un cycle, le commencement d’un nouveau. Pendant 3 jours, le monde des vivants et celui des morts se frôlent ; le monde des dieux et celui des hommes se rapprochent.

 

On s’apprête à entrer dans une période plus sombre de l’année, qui sera plus propice à l’introspection et aux intuitions. Que fait-on à ce moment là ?

 

Tout d’abord, on fait le bilan de son année et on le célèbre ! On exprime sa gratitude pour tout ce qu’on a reçu, pour tout ce qu’on a réussi et pour les expériences, même douloureuses, par lesquelles on est passé.

 

Ensuite, on s’ouvre à l’avenir, on prend des dispositions pour changer ce dont on ne veut plus. On se recentre sur soi, on se reconnecte à ses intentions, pour choisir les actions à mener à partir de maintenant.

 

Des idées de rituels à réaliser :

  •  Allumer des bougies orange et noires

  • Faire brûler de l’encens de pomme, de sauge, de pin ou de patchouli

  • Faire une liste de ce que l’on ne veut plus dans notre vie et la brûler

  • Invoquer ses ancêtres pour recevoir des messages inspirants et guidants

  • Tirer les cartes, les runes, les oracles, en s’ouvrant à sa propre sagesse intérieure

  • Se relier à l’esprit du lapin, qui nous aide à dépasser les frayeurs pour nous faire rencontrer nos ressources. Ecrire sur un cahier, 5 situations pour lesquelles je ressens de la peur. Respirer profondément. Puis écrire sur la page de droite, 5 qualités que m’ont permises ces peurs. Je répète ensuite cette phrase : « aujourd’hui, je prends conscience de mes peurs et je les accueille. Elles sont là pour m’apprendre à les dépasser. Je rends hommage à l’esprit du lapin qui m’accompagne dans cette transformation. Même si je ne sais pas toujours comment faire, je prends plaisir à imaginer que je peux m’appuyer sur chaque peur pour développer une nouvelle qualité. Aussi, malgré ma peur, je m’aime, je m’accueille et je me respecte profondément. » extrait de l’oracle du peuple animal d’Arnaud Riou.  

 

S’écouter, se comprendre, s’embrasser comme une mère qui chérit son enfant, voilà notre chemin vers l’épanouissement. Pour nous réaliser pleinement, accueillons notre part d’ombre et cultivons notre lumière. C’est sur ce chemin qu’Elles.Conseils vous emmène : dans l’acceptation complète de la femme magnifique que vous êtes, si parfaitement imparfaite 😉 

 

 

 

Please reload

Posts

Guérir

04/11/2019

1/10
Please reload

Mots clés
Suivez moi !
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

​© 2015-2019 by Julie Legeaye, tous droits réservés 

Elles.Conseils 06.46.91.30.37

  • Facebook Clean