En finir avec la charge mentale

31/08/2018

Sujet d’actualité par excellence, la charge mentale est une réalité partagée par de très nombreuses femmes. Délicieusement mis en avant par la dessinatrice Emma, nous avions à cœur pour cette rentrée, chez Elles.Conseils, de vous en parler et de vous partager nos clés.

 

Tout simplement, parce qu'en tant que spécialiste du coaching au féminin, nous souhaitons une vie harmonieuse et plus sereine pour chacune d’entre vous et qu’il est temps de (re)mettre en nous toutes plus de légèreté ✨

 

Il faut bien l’avouer, nous sommes toutes plus ou moins confrontées à avoir toute l’organisation d’une famille entière, du plus important au plus futile, sur nos épaules. Entre le sens des responsabilités et le désir de bien faire, nous sommes nombreuses à endosser le costume de Wonder Woman !

 

Concrètement, c’est une situation qui peut vite devenir intenable et mener certaines femmes à l’épuisement. Mais cela est tout à fait réversible rassurez-vous ! Pour cela, prise de conscience et lâcher prise sont au programme !

 

 

Pouvoir et dépendance



Lorsque une personne du foyer a cette charge sur les épaules, cela engendre un déséquilibre. C’est finalement avoir un pouvoir trop important, duquel découle une dépendance de la part des autres membres de la famille. Et bien souvent, même si le conjoint partage le quotidien, il a tendance à se laisser porter et à ne pas avoir conscience de l’ensemble des besoins et préoccupations.

 

La préparation des valises pour les vacances est un cas flagrant. Ultra rapide pour monsieur qui prépare SA valise, et ultra optimisé-anticipé-calculé pour madame qui fait la sienne, celle des enfants, la trousse à pharmacie, les affaires de plage, la glacière et les sandwichs pour le voyage, sans compter les affaires pour l’animal de compagnie !

 

Souvent, on a même droit à une petite réflexion amusée de la part du conjoint : « Voilà, 5 minutes pour faire ma valise, 3 shorts, 3 t-shirts et ma brosse à dents ! Je ne comprends pas que tu mettes 3 jours à faire la tienne ! » ou encore « On est vraiment obligé de prendre tant de choses ? ». Mais bien sûr, il oublie qu’il y a tant de choses à prévoir :

 

  • Des vêtements supplémentaires car on n’est pas à l’abri d’une attaque de spaghettis bolognaise que les enfants affectionnent tant

  • Des gilets, s’il fait frais le soir

  • des chaussures fermées parce qu’une randonnée en tongs c’est moyennement confortable

  • de l’eau à portée de main dans la voiture en cas de bouchon sous la canicule …

 

Et une chose est sûre, il sera le premier à être soulagé que vous ayez pensé à prendre du Doliprane et qu’il ne faille pas partir du camping, à 2h du matin, à la recherche d’une pharmacie de garde parce que la petite a un pic de fièvre !

 

Dans sa recherche d’anticipation, mais aussi de perfection et de minutie, la magicienne du quotidien qui gère l’organisation familiale de bout en bout, ne se rend pas compte qu’elle accepte que son partenaire se maintienne dans une situation infantilisante. Souvent, elle pense qu’elle n’a pas le choix. Si je ne le fais pas, qui va le faire ?

 

La recette magique dans ce cas : communiquer, responsabiliser et déléguer !

 

Communiquer, parce qu’il faut exprimer ce que l’on ressent. Pour que l’autre se rende compte de tout ce que vous avez à faire et à penser. Le partenaire vous répondra classiquement « mais il fallait me demander, je t’aurais aidée ! ». Non, il ne faut pas qu’il vous aide, il faut qu’il prenne part à l’organisation. C’est autant sa responsabilité que la vôtre 😉

 

Responsabiliser, en indiquant à votre conjoint que vous attendez de lui des prises d’initiatives. Si cela lui semble trop compliqué, aiguillez-le. Mais plus il prendra part à l’organisation et à la gestion familiale, plus cela deviendra aisé et naturel.

 

Déléguer, en faisant une liste exhaustive de tout ce que vous devez faire. Ensuite discutez-en ensemble. Éventuellement, mettez-vous d’accord sur un planning ! Il s’occupe des devoirs le lundi et vous le mardi ; vous étendez les lessives et lui plie le linge... Vous pensez qu’il va oublier ? Pensez à fixer l’étendoir devant la télé, il pourra difficilement ne pas le voir 😜 Là encore, ne prévoyez pas un planning seule, parlez-en avec lui, suggérez-lui des idées ! La prise de conscience peut amener votre compagnon à changer, vous pourriez même être étonnée !

 

Lâcher du lest

 

Ne plus être seule à tout organiser et tout faire, cela veut dire aussi accepter de ne pas tout contrôler ! L’autre n’étant pas vous, et bien souvent inexpérimenté, il ne fera pas les choses de la même façon que vous (non non vraiment, ce n’est même pas la peine d’espérer 😉).

 

Accordez-lui le droit à l’erreur et à la maladresse. Il a préparé les vêtements du benjamin et les couleurs sont dépareillées (à la limite de piquer les yeux…), il a passé l’aspirateur mais a oublié certains coins, il a rangé le lave-vaisselle mais à sa façon… Tout cela est-ce bien grave ? Cela mérite-il que vous perdiez une énergie considérable pour que cela soit toujours impeccable ?

 

Si une fois par semaine vos enfants sont un peu mal fagotés et que les tresses ne sont pas très droites, prenez le parti de vous en amuser. Si l’aspirateur est passé régulièrement mais pas parfaitement, c’est tout autant de temps de gagné lorsque vous allez devoir faire le ménage à fond. Encouragez les progrès plutôt que de soulever les erreurs, le positif attire le positif !

 

Ouvrez-vous à d’autres façons de faire que la vôtre. Si cela n’est pas fait de la même manière que vous, cela ne veut pas dire que cela n’est pas bien fait ! Les serviettes sont pliées autrement ? Après tout, si c’est plié et que cela rentre dans le meuble de la salle de bain, c’est l’essentiel non ?

 

Zenitude

 

Parfois notre situation personnelle fait que l’on ne peut pas déléguer et d’autre fois, même si on partage les tâches, la charge mentale reste toujours sur nos épaules (et occupe nos nuits !).

 

Pour évacuer tout ça et vous libérer de cette rumination permanente, il existe un exercice parfait : la méditation.

 

Prenez du temps pour vous fixer dans l’instant présent, pour vous ancrer ici et maintenant. Chassez de votre esprit vos devoirs et laissez place au ressenti.

 

Votre respiration, le moelleux du canapé où vous êtes installée, la douceur du coton sur votre peau et relâchez chacun de vos muscles. Prenez ce temps de pause mentale, une à deux fois par jour, au milieu de la journée lors de votre déjeuner et pourquoi pas le soir quand tout est calme autour de vous 😉

 

Et si vous sentez que vous avez besoin d’un regard bienveillant et l’envie d’être accompagnée pour vous recentrer et fixer vos priorités, contactez-nous. Nous serons ravies de vous guider vers plus de sérénité ✨

 

 

Please reload

Posts

S'aimer

07/12/2019

1/10
Please reload

Mots clés
Suivez moi !
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

​© 2015-2019 by Julie Legeaye, tous droits réservés 

Elles.Conseils 06.46.91.30.37

  • Facebook Clean