Y'a t-il un bon moment pour s'engager dans une reconversion professionnelle ?

27/07/2017

Changer de travail ? Oui, mais quand ? Y a t-il un bon moment pour s’engager dans une reconversion professionnelle ? Certaines remettent à plus tard l’échéance même si elles ne se sentent pas bien dans leur job, quand d’autres foncent tête baissée... Comment savoir quand c’est le bon moment de se lancer ?

 

Une reconversion professionnelle, c’est avant tout une reconversion personnelle

 

Fondamentalement, le choix de se reconvertir fait écho à ce que nous ressentons en notre for intérieur.

Ennui et lassitude au travail ? Impression de stagner, de ne pas s’épanouir ? Perte de sens ?

Ce sont des indices qui nous amènent à penser que notre vie professionnelle n’est pas pleinement alignée avec ce que nous sommes profondément. Ils nous invitent à nous poser des questions sur nos aspirations afin de pouvoir changer de cap et trouver une voie dans laquelle nous pouvons exprimer ce que nous sommes réellement.

 

Se reconvertir, c’est avant tout s’inscrire dans une volonté de changement – non seulement professionnel mais aussi personnel. Et, le bon moment, c’est avant tout quand on se sent prête à nous engager dans une véritable transformation.

 

Ce peut être après une grossesse, après des modifications dans sa vie personnelle (mariage, divorce, déménagement...) ou tout simplement parce que notre petite voix intérieure nous dit « Je suis prête ». Plus que tout autre discours, c’est bien cette petite voix qui doit nous guider. L’intuition du « bon moment » vaut souvent mieux que les conseils de tierces personnes. Reste alors à passer de l’intuition à l’action et le bilan de compétences et le coaching professionnel deviennent des aides précieuses pour prendre son envol.

 

La quarantaine, un âge idéal pour se reconvertir

 

Nombreuses sont les femmes qui envisagent une reconversion professionnelle une fois passé le cap de la quarantaine. Et, ce n’est pas un hasard car cette tranche d’âge pourrait bien être propice au renouveau. C’est, en effet, un moment charnière où l’on se situe à mi-parcours de sa vie professionnelle. On a appris sur soi et sur les autres. On a acquis une certaine expérience et développé ses compétences – en termes de savoir-faire mais aussi de savoir-être. On a déjà su affronter des challenges mais on est encore plein d’énergie pour en réaliser de nouveaux. On est aussi plus mûre, plus sûre de ses choix, de ses aspirations et de ses besoins et moins sensible au regard d’autrui. Notre situation sociale et notre vie privée sont généralement plus stables qu’à la trentaine. En outre, l’expérience et les droits acquis favorisent les parcours de reconversion (formation...) : si l’intuition joue un rôle, les aspects matériels entrent, bien sûr, également en ligne de compte... À toutes celles qui pensent que, passé la quarantaine, on est « trop vieille » pour se reconvertir et se résignent, nous dirons, au contraire, que c’est le bon moment pour engager une réflexion et faire un bilan de compétences pour remettre du sens dans leur vie professionnelle. Le meilleur reste à venir !

 

Profiter de l’influence des saisons

 

On l’oublie parfois, mais nous sommes connectées à la nature et aux saisons. Un projet de reconversion est quelque chose qui se mature et se mûrit. Les différentes périodes de l’année peuvent contribuer à porter nos élans et nourrir notre énergie pour maintenir notre motivation. Le printemps, saison du renouveau sera peut-être le moment du déclic, l’instant où le désir de changement, d’éclore à nouveau va émerger. L’été, avec les vacances, sera plus favorable pour engager une réflexion paisible. Au calme, on sera plus prompte à prendre du recul, à se recentrer sur ses aspirations profondes. On aura aussi davantage de temps pour se documenter et lire tranquillement et peut-être poser des jalons pour la rentrée. A la rentrée justement, et avec l’automne, viendra le moment de passer à l’action tout comme les enfants qui s’engagent dans une nouvelle année scolaire après la pause estivale. Reposée des vacances et ressourcée, on aura davantage de motivation pour se lancer. C’est une bonne période pour démarrer son bilan de compétences, rechercher des formations, faire le point sur ses droits... Enfin, l’hiver et le début de l’année seront des périodes propices pour poser ses intentions. Ce sont aussi des moments qui nous invitent à nous recentrer. On en tirera profit pour faire un premier bilan des actions menées, valider ou invalider certaines options. Et, pourquoi pas, commencer à mettre le nez dans les livres et débuter une formation !

 

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de « bon » moment à proprement parler mais des périodes propices qu’il convient d’accueillir et dont on peut tirer partie pour puiser de la motivation. L’essentiel est de garder en tête que c’est en votre for intérieur que vous trouverez quand il sera le plus profitable pour vous de changer de voie !

 

Please reload

Posts

Guérir

04/11/2019

1/10
Please reload

Mots clés
Suivez moi !
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

​© 2015-2019 by Julie Legeaye, tous droits réservés 

Elles.Conseils 06.46.91.30.37

  • Facebook Clean